UMR 5291

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire GREMMO

Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient

Un laboratoire de la MSH MOM 

Image oiseau MOM

Cartographie de la crise syrienne

Cartographie de la crise syrienne

Cette rubrique contient une série de cartes sur la crise syrienne. Elles sont en accès restreint. Pour obtenir les originaux en format jpg ou illustrator vous devez contacter l'auteur fabrice.balanche[at]mom[dot]fr.

Télécharger le dossier : Cartographie de la crise syrienne

1-Les fondamentaux de l'espace syrien

La Syrie est peuplée par différentes communautés ethniques et confessionnelles. Les Arabes sunnites sont environs 65% de la population. Les Kurdes sont sunnites (15%) mais la grande majorité se considère comme Kurde avant d'être sunnites. Les Tukmènes sont 1% de la population et les Arméniens 2%. Les Tcherkesses sont moins de 1% et quasi assimilés aux Arabes désormais.

Les minorités confessionnelles : alaouite (10%), chiite duodécimain (1%), ismaélien (1%), druze (3%) et chrétien dont les Arméniens (5%).

Syrie repartition communautaire©Fabrice Balanche

La Syrie comptait 18 millions d'habitants en 2004. Actuellement, la population serait de 23 millions, y compris les 2 millions de réfugiés à l'extérieur. La population se concentre sur 60% du territoire, les 40% restants n'étant pas propice à l'habitat permanent en raison de l'aridité. La densité dans la zone habitée dépasse les 200 habitants par km2, dans la région côtière nous atteignons les 400 habitants par km2. Envrions 60% de la population réside en zone urbaine (avant la crise).

Syrie population 2004©Fabrice Balanche

La région côtière est dominée par la communauté alaouite (70% des provinces de Lattaquié et Tartous), les sunnites (20%) et les chrétiens (10%) sont surtout concentrés dans les villes. Le Wadi Nassara est la principale zone de peuplement chrétien en milieu rural de Syrie. Au nord de Lattaquié, la population est en majorité sunnite, notamment dans le Jebel Akrad et Baer (Turkmène). Il existe une enclave arménienne, Kessab, à la frontière turque.

 Syrie reduit alaouite©Fabrice Balanche

2-Les villes syriennes

Avant la crise, Alep comptait 2,5 millions d'habitants. La communauté chrétienne était estimée à 10% dont une majorité d'Arméniens. Les Kurdes sont environs 500 000, regroupés dans les quartier nord (Achrafyeh et Cheikh Maksoud). La croissance urbaine est telle depuis les années 1970 que d'immenses banlieues informelles s'étendent à l'est de la ville.

Alep organisation urbaine©Fabrice Balanche

 L'agglomération de Damas comptait 5 millions d'habitants (dont 1,5 millions dans la municipalité de Damas) avant la crise. La croissance démographique dépasse les 3% par an depuis les années 1950, ce qui conduit à la destruction des terres agricoles de la ghouta.

Damas organisation urbaine©Fabrice Balanche

Homs est la troisième ville de Syrie avec environs 600 000 habitants avant la crise. La ville est nettement clivée entre les quartiers sunnites (65% de la population) et les quartiers alaouites (25% de la population). Le quartier chrétien historique est au centre mais la majorité des chrétiens vivent dans les quartiers mixtes de l'ouest.

Homs distribution communautaire©Fabrice Balanche

Lattaquié comptait 400 000 habitants avant la crise. La population a nettement augmentée depuis 2011 avec l'arrivée massive de réfugiés de toutes les communautés. Jusqu'au Mandat français, la population était sunnite (75%) et chrétienne (25%), les alaouites étaient interdits en ville à l'exception des domestiques. Désormais, la majorité de la population est alaouite, mais elle demeure dans la périphérie. Les quartiers sunnites du littoral sud-est sont nés après 1945 et sont très populaires.

 Lattaquie repartition communautaire©Fabrice Balanche

3-Le conflit à l'échelle nationale

La révolte syrienne s'est développée dans des territoires spécifiques sur une base classique centre/périphérie mais aussi communautaire.

Syrie les territoires de la révolte©Fabrice Balanche

Pour comprendre le déroulement du conflit syrien, les outils de sciences sociales et humaines sont devenus insuffisants. Il faut recourrir aux logiques militaires, en particulier la stratégie de contre-insurrection. Dans le vocabulaire militaire "la rébellion" est qualifiée d'insurrection et le régime de "contre-insurrection".
Depuis l'été 2012, le régime syrien a donc lancé une opération de contre-insurrection qui consiste à se maintenir sur un axe stratégique et des points stratégiques. Cela oblige l'insurrection à se concentrer pour l'attaquer et c'est ainsi qu'il peut la détruire.

Syrie loyalistes rebelles et communautés©Fabrice Balanche

 En octobre 2012, le régime a commencé à abandonner de nombreux territoires ruraux qui lui étaient hostiles et donc indéfendable. Cela a donné l'impression d'une avancée inexorable de l'insurrection.

Syrie loyalistes et rebelles octobre 2012©Fabrice Balanche

4-Le conflit en zone urbaine

Les grandes villes, et en particulier Damas, constituent les points d'appuis majeurs de la contre-insurrection. Damas est cernée par des banlieues populaires sunnites (Douma, Darya, Harasta, Zamalka, Hajar el Assouad) qui lui sont hostiles, mais il peut s'appuyer sur des banlieues fidèles en raison de leur peuplement alaouite (Maadamyeh), druze et chrétien (Jeramana). Les quartiers centraux de Damas lui sont fidèles.

Damas insurrection et contre insurrection juillet 2013©Fabrice Balanche

Le conflit à Damas est aussi social : les banlieues populaires aux quartiers centraux aisés. L'identité territoriale joue également un grand rôle car les citadins d'origine méprisent les nouveaux citadins d'origine rurale. Il faut aussi ajouter le clivage idéologique entre ceux qui appartiennent à l'appareil d'Etat, nationalistes et laïcs, face aux islamistes.

Damas : le centre contre les banlieues populaires©fabrice.balanche

5-Le conflit dans son cadre régional

La Syrie est devenue un Etat tampon où s'affrontent pro-saoudiens et pro-iraniens avec en toile de fond l'opposition Russie - Etats Unis.

 Syrie : un conflit regional©Fabrice Balanche

La Syrie a peu d'hydrocarbures. Ils ne constituent donc pas un enjeu direct du conflit. En revanche, le transit des hydrocarbures, notamment le gaz, peut être une cause de ce conflit. La Russie souhaite conserver sa position de monopole sur le marché européen tandis que la Turquie ambitionne de devenir un carrefour énergétique avec Nabuco et le gaz du Moyen-Orient.
La position géographique de la Syrie est par conséquent stratégique.

Moyen-Orient : les hydrocarbures©Fabrice Balanche

 

 Logo unvi_lumiere_lyon Logo CNRS